Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 19:17

 

Nous peinons à concevoir la fragmentation des populations antiques, isolées, parcellisées par les terrains et les longs chemins. Communautés étanches, montagnardes, fragiles ; groupes isolés, reclus, misérables, aux franges des empires antiques, oubliés d’eux ou écrasés, asservis, humiliés, réduits à douter de leur propre humanité face au brillant de la civilisation qu’ils perçoivent au loin.

Quelques cabanes de roseaux au pied butté de boue qu’on atteint, suivant Braudel, sur un sentier tracé dans les roseaux. Quelques familles de pêcheurs subsistent là dans le delta du grand fleuve où s’ébat la Tarasque, à des journées de marche des villes de pierre, lointains fantômes jamais vus de leurs yeux, simples mensonges de colporteurs peut-être ? Ils vivent sur leur motte de terre entre estrans et étiers, salines et marais. Un jour arrive venu de Marseille, d’Arles ou d’Agde, un prédicateur insoucieux de ses peines et qui, sans préjuger de leur insignifiance, annonce que Dieu leur a donné un fils pour les sauver. Il parle de Jésus, dit que toutes les âmes sont devant lui égales, que s’ils veulent croire ils appartiendront eux aussi à la grande communauté des hommes qui vivent près des rives de la mer sous la protection de Rome. Rome, que personne de mémoire d’homme n’a jamais vu mais dont la magnificence, la puissance furent rapportés aux oreilles de leurs aïeux par des générations de voyageurs égarés, de colporteurs, de marins de passage ! Rome, l’homme a vu Rome. Ils ont vu un homme qui a vu Rome. Les échos de La Rome de pierre parviennent jusqu’à leur monticule de boue. Rome n’est pas une fable !

Comme eux, oubliés des empires, les Dalits de l’Inde, naguère les Intouchables, traversaient le temps parallèles à l’histoire. Quand il y a deux décennies ils accédèrent à la parole politique et à la littérature, ils racontèrent leur vie au beau milieu de la société indienne, étrangère et parallèle à elle, spectacle ne les concernant pas, simple toile de fond, durées sans croisement. Glaneurs urbains, chasseur-cueilleurs de dépotoirs, ils campaient au beau milieu des villes comme si c’eût été une forêt. Leur lutte vise aujourd’hui à se faire reconnaître au sein de l’ensemble vaste de l’Inde moderne. Sur l’aire de boue devant sa cabane ceinturée de joncs, d’eau, des bras de la Tarasque, le pêcheur écoute le prédicateur et rêve de rejoindre le grand flot des brebis du Seigneur.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stephane Calence - dans Iilosophie
commenter cet article

commentaires

Mailtsao@yahoo.com

  • : Le BEAU BLOG BLEU de postnéo
  • Le  BEAU BLOG BLEU  de postnéo
  • : Le BEAU BLOG BLEU (post néo) réfléchit avant d'y penser. Composé d'oreilles d'yeux de peau et d'encéphale il est bleu et maintient toujours son quant à soi un poil au dessus du vide. Le dé est sa raison. Pourquoi s'encombrer de plus de pinceaux ? Le blog bleu est un bol digeste de salade stochastique façon pizza ou niçoise. Tout un univers.
  • Contact