Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 12:36

Bien qu’Aristote note dans sa Politique que la richesse poussée trop loin est socialement nuisible, faire de lui l'un des père de la démocratie n’est pas une proposition tenable.

Aristote se prononce pour un régime aristocratique - étymologiquement  le gouvernement des meilleurs, c'est à dire des plus capables, des plus talentueux.

Là où la proposition d'Aristote est fondamentalement viciée est qu'il n'indique nullement comment on décèle les meilleurs dans une société et selon quelles modalités on les amène au pouvoir. Nietzche, porté lui aussi au gouvernement des meilleurs - pour le philosophe allemand, le plus fort, le plus agressif, le plus violent, le Surhomme - commet la même erreur fondamentale.

L'Histoire a montré qu'en pratique ce type de philosophie politique amène rapidement au mieux à l'oligarchie, au pire à la tyrannie.

Contrairement à la doxa partout répétée, la Grèce n'est nullement la mère  de la démocratie: elle n'est que celle de la démocratie représentative et le fossoyeur de la démocratie directe qui anima la longue période de l'oralité. Parce que, dirait la Palisse,  l'oralité ne laisse pas de trace écrite, parce que  l'ère du Livre, de la Bible, de la lettre a toujours eu le plus grand mépris pour la sauvagerie illettrée (ce dont se fait l’écho le mythe d’Abel et de Caïn, du pasteur et de l’agriculteur), deux mille cinq ans de préjugés ont accrédité l'idée qu'il n'y avait avant la Grèce, avant l'écriture, qui n'apparaît pas en Grèce, mais déroule là pour la première fois en pleine maturité l'ensemble de ses conséquences , pas de philosophie politique et même pas de politique du tout, au mieux de vagues structure pré-politiques embryonnaires, brutales et tout encore empreintes de "nature": la harde, la horde, au mieux la tribu (voyez Freud et le mythe du meurtre du père).

L'idée que la Grèce est la mère de la démocratie, bien que fausse, est cependant tenace. Car en tant qu'ils se prononcent pour un système aristocratique, on peut tout aussi bien dire qu'Aristote, comme Platon, sont les pères de la tyrannie. Leurs origines, leurs position sociales, leur œuvre entière plaident en ce sens. La Physique d’Aristote, tout particulièrement,  sur les prémices de laquelle la science moderne est tout entière construite vise à asséner l'idée qu'il existe des lois de nature infrangibles. Si donc il existe de telles lois naturelles, elles doivent d’une manière ou l’autre se projeter  dans l'ordre humain et politique.

Acceptons le au rebours de la doxa classique, grecque, romaine et biblique : la Grèce des quatrième et troisième siècles marque  la fin de la démocratie de l'arbre à palabre, la fin de la démocratie des assemblées tribales, bref la fin de la démocratie directe ; elle inaugure la démocratie représentative.

Celle-ci, après deux mille cinq cents années d'usage est usée. Elle a dégénérée - en oligarchie médiocratique, i.e. le gouvernement des médiocres, des tarés, des héritiers, tant et si bien que cette prétendue démocratie moribonde concentre désormais le pouvoir entre les mains des plus pernicieux et collectivement délétères des humains. Les symptômes  de cette dégénérescence sont présents d'emblée dans la conception aristocratique du Stagyrite -

Tout comme la Grèce classique se situe à la charnière de l'Oralité et de l'Histoire, notre époque est elle aussi charnière. Période de crise où il s'agit de construire une nouvelle physique, une nouvelle économie, une nouvelle politique.

Nous laisserons à d’autres textes le soin d’éclaircir en quoi physique et économie sont des projections métaphysiques au sein de la praxis (1). 

En terme de politique l'enjeu est celui-ci: comment articuler démocratie directe et démocratie représentative ? A ce point, il faut citer Etienne Chouard, dont les travaux sont à le plus en pointe sur ces questions.

Quant à l'idée de démocratie participative, légère, ténue, insignifiante comme une petite phrase de politicien, un coup de plumeau, un simple vent suffisent à la balayer. "Kratein" en grec signifie gérer, régner, non pas assister en simple participant à voix consultative. En démocratie, le peuple, les gens, la Nation assènent leur volonté. Ils ne disent pas comme les enfants: "On dirait qu'on aurait le pouvoir, mais c'est pour de la fausse".  La  prétendue « démocratie participative » témoigne seulement des efforts désespérés d’une oligarchie pourrissante pressentant sa fin proche. Ils ressemblent furieusement à ceux déployés par les anciens monarques français prétendant dévoluer une constitution quand sous leurs fenêtres les pics du Peuple s’agitaient, que le hachoir de Guillotin s’affutait, clairs signes du lieu où repose la souveraineté réelle. 

 (1) Notons simplement à titre d’indice l’étrange proximité entre ces deux termes : la physique, qui analyserait un univers extérieur pour en dégager des Lois, et le physique, qui désigne le corps.

Partager cet article

Repost 0
Published by Stephane Calence - dans olitique
commenter cet article

commentaires

Mailtsao@yahoo.com

  • : Le BEAU BLOG BLEU de postnéo
  • Le  BEAU BLOG BLEU  de postnéo
  • : Le BEAU BLOG BLEU (post néo) réfléchit avant d'y penser. Composé d'oreilles d'yeux de peau et d'encéphale il est bleu et maintient toujours son quant à soi un poil au dessus du vide. Le dé est sa raison. Pourquoi s'encombrer de plus de pinceaux ? Le blog bleu est un bol digeste de salade stochastique façon pizza ou niçoise. Tout un univers.
  • Contact