Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 21:41

Le doute n’est plus possible. Changer de président revient à changer l’image sur le téléviseur.

François Hollande se fait tancer à Châlons en Champagne. Le gouvernement avait assuré deux jours auparavant que l’outil de travail serait exclus de l’assiette de la contribution sur la fortune. Mais pourquoi donc au fait ? N’est-ce pas cette intolérable concentration de pouvoirs et d’argent – 10 % des plus riches concentrent 80 % des avoirs dans ce pays – qui est à l’origine de tous les désordres mondiaux. En quoi serait-il néfaste de favoriser, par l’impôt des formes d’appropriation du capital par le travail (coopératives) ?

Politique industrielle ? A t on entendu parler de politique industrielle, sinon par la voix d’A. Montebourg déclarant que le nucléaire est une industrie d’avenir ? D’avenir aussi alors la société productiviste et son modèle sans frein parfaitement insoutenable et dont les soubresauts actuels ne sont que les signes du début de l’agonie : pensons au rapport Meadow sur la fin de la croissance .

Rien dans le discours du PS ne dépasse de la plus terne banalité. Encéphalogramme plat : absence de projection, de prospective, de projet. La réalité est un assommoir.  Le repli et finalement le conservatisme « réaliste » paraissent les seules options.

Pourtant, les chiffres crèvent les yeux : le député typique est élu par le quart peu ou prou, pas plus, des électeurs. Les autres ne s’abstiennent pas par fainéantise, mais parce qu’ils considèrent que de confier les destinées du pays à des bras cassés blanc-bonnet ou bonnet-blanc constitue un acte politique nuisible tandis que taquiner l’ablette ou le gougeons, non !

 

Il faut rappeler aux élus du Parlement que lorsqu’ils tournent le dos, les Français ricanent  au souvenir la farce de l’adhésion au traité « constitutionnel européen ».  Obtenu après nullification par le Parlement d’un référendum auprès de la Nation, il constitue un coup d’Etat qui devra être soupesé un jour.

Electro-encéphalogramme plat. Les caciques de la représentation démocratique attendent impuissants. Leur modèle est exogène, imposé. Comment rester dans la compétition internationale ? Comment résister au monstre asiatique,  qui dicte les termes de sa lutte ? Ce sont nos mêmes élites pourtant qui hier ont délocalisé,  rêvant de centres de production en Asie quand les têtes resteraient en Europe.

La finance internationale décide ; la croissance crée l’emploi qui assure la stabilité sociale et mon pouvoir ; les lois sont décidées à Bruxelles ; je n’ai que cinq ans pour me faire réélire. Voilà l’équation du politicien du temps présent.

Rester dans la course face à la menace internationale : voilà le seul mauvais schéma que nous propose l’UMPS, incapable de comprendre que la compétitivité n’est que la mesure que font des capitaux mobiles investis internationalement des rentabilités locales et que l’intérêt de ces capitaux n’est pas celui  des nations et des peuples. Dans cette compétitivité là, le travail est un coût. La croissance qu’elle génère détruit l’emploi. Elle détruit la planète, les biotopes, les ressources.

Recluses passives, vieilles et stupéfaites dans leur tour d’ivoire, les élites « démocratiques » ignorent ces analyses. Elles ne comprennent pas que c’est sortir de la pseudo-croissance qu’il convient et que celles des nations qui auront compris le plus tôt la nécessité de renouveler en profondeur leurs relations au monde - sous tous les angles, production, échange, travail, loisir, société et cadre politique -  ces nations là sortiront en meilleur état de la crise globale à venir.

Au lieu de cela, la course effréné au renouvellement du mandat, troisième et viscéral vice du mandat représentatif cumulable, presse le politicien dans le cadre étriqué d’une poignée d’années, dévorées qui plus est par la recherche de la réélection, tandis que des périls climatiques et biologiques immenses s’amoncellent de jour en jour. 

Notre démocratie représentative est malade de vices dont il faut la purger, sans quoi notre avenir est sombre. La démocratie représentative élective, qui suscite des partis, la course aux mandats et le court-termisme, le conservatisme institutionnel, la reproduction et la concentration des élites, la confiscation du débat démocratique est une solution essoufflée. Il importe de réfléchir à l’articulation entre nos institutions politiques et le corps électoral, entre démocratie représentative et désignation des mandataires. Les modalités de la désignation  aléatoire (clérocratie) des représentants politiques devraient être scrutées.

Mais sans aller jusque là, et puisque nous sommes en panne d’originalité politique, je voudrais juste proposer une mesurette originale, qui ne fait pas une politique, mais qui a du sens politiquement, et qui permettrait de trancher un peu : le PS est-il toujours un parti de gauche ?

Ma petite proposition la voici. Elle a le mérité d’exister en Europe du Nord. Il s’agit simplement de proportionner les amendes au revenu de la personne. Quelle est la logique de punir pour une même faute le travailleur pauvre d’une amende qui l’assomme, tandis que son montant est indolore pour le fortuné ? N’est-ce pas une forme d’impunité accordée aux plus riches, de discrimination envers les plus pauvres ? Où est l’égalité ?

Alors que 250 000 milliards de dollars attendent ces plus riches dans les paradis fiscaux de la planète, que les caisses de l’Etat sont vides, cette mesurette originale est mure et gravide. Quand la fais-tu François ?

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stephane Calence - dans olitique
commenter cet article

commentaires

Mailtsao@yahoo.com

  • : Le BEAU BLOG BLEU de postnéo
  • Le  BEAU BLOG BLEU  de postnéo
  • : Le BEAU BLOG BLEU (post néo) réfléchit avant d'y penser. Composé d'oreilles d'yeux de peau et d'encéphale il est bleu et maintient toujours son quant à soi un poil au dessus du vide. Le dé est sa raison. Pourquoi s'encombrer de plus de pinceaux ? Le blog bleu est un bol digeste de salade stochastique façon pizza ou niçoise. Tout un univers.
  • Contact