Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 18:01

 

On n’entend qu’au travers l’ouïe de sa culture et de ses préjugés propres. Pourtant, la musique possède l’incomparable propriété de rendre accessibles, par delà les cultures, les époques, d’autres dimensions sensibles du temps. Comme ces graines capables de germer après des millénaires, elle a le pouvoir d’évoquer par delà le temps et l’entendement les sentiments de ceux, de longtemps disparus, qui la conçurent ou l’ouïrent. Elle est ce point de capiton où dans la sensation se totalisent la distance entre des mondes subjectifs éloignés.

Entre Sahel et Sahara, l’air vibre surchauffé sur le reg sans bords et lisse comme la paume. L’atmosphère fondue à blanc boue de clapots fugaces et ondoyants sans cesse reformés et pareils. Des bandes d’ombres et des flaques d’un argent saturé alternent dans l’air liquide comme un mouvant miroir. Gracieuse, glissant d’un pas de soie, proche à l’agripper, flotte l’image d’une gazelle distante suspendue à la lisière du ciel. Une musique lointaine indistincte comme un rêve :  n’est-ce qu’une perception vide, l’interférence du bourdon intérieur et de l’onde tellurique du paysage ? Presque ineffables, sont-ce les notes d’un luth égrenées par un plectre ? Dirait-on le gazouillant borborygme d’une source, quelques notes de vie sur la respiration minérale de l’erg et le tambour sans fond du ciel ?  Ou n’est-ce qu’un mirage, quelque arabesque sonore lovée autour du temps comme le liseron autour de la trame d’une illusion ? Non. Au milieu de ce rien, sous le casque brûlant de l’air, à l’ombre chiche d’une zériba de palme, un Noir s’est assoupi un transistor près de l’oreille. L’homme est douanier, bien qu’en loques. Ici, partitionnant la plaine vide, simple ligne de paume, passe une imaginaire frontière. Quand des étrangers en voiture se présentent, il chasse avec eux les gazelles. On partage le festin. Sur cette frontière insaisissable, le temps vibre plus qu’il ne coule. L’histoire, pourtant, ne passe pas loin, repoussée temporairement aux rives blanches ou noires de l’Afrique, entre le vert Islam et le brûlant animisme. Sur cette platitude sans défense, les chars libyens fondraient sans obstacle sur Arlit, Zinder ou Nyamey. Le mitan de ce rien hésite entre djembé et derbouka, cora et luth. Oui, l’onde a volé jusqu’ici sur l’aile hertzienne de l’air, ébranlée par de puissantes antennes, modernes minarets lançant dans l’espace l’appel des nouveaux muezzin.

Dans les madrassas, le corps balance rythmiquement ânonnant le Coran. Les dos ploient aux cinq prières du jour. Pour ces terres sans confins, l’Islam rêve d’un autre pacte entre l’homme et le divin, entre l’homme et la femme, entre le désir tumultueux et la sagesse collective, entre l’homme et un Dieu qui le garderait à distance encore, dans l’attente d’une incarnation non encore advenue et qui le rend modeste. Quel enchaînement de gestes pour les ablutions ? Quelles règles pour les gestes quotidiens ? Islam épris de l’utopie d’un pacte permanent avec la divinité, où le temps s’abolit et avec lui l’angoisse du jugement. Il déborde sur l’Afrique, s’épanche vers l’Est, se heurte à l’Ouest à la mine glabre des héritiers de Chronos. A la scansion, à la ritournelle, au cycle balancé, les fils de Grecs préfèrent le progrès, la direction, le cumul, l’engrenage. Le choc des civilisations est un choc des temps. Pas d’espace suffisant dans le clip , simple échantillon de temps, ou dans le halètement mécanique issu des machines du rock, pour la lente catalyse du répons birman,  l’égrènement du nan-guan ou les ciselures du luth.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stephane Calence
commenter cet article

commentaires

Mailtsao@yahoo.com

  • : Le BEAU BLOG BLEU de postnéo
  • Le  BEAU BLOG BLEU  de postnéo
  • : Le BEAU BLOG BLEU (post néo) réfléchit avant d'y penser. Composé d'oreilles d'yeux de peau et d'encéphale il est bleu et maintient toujours son quant à soi un poil au dessus du vide. Le dé est sa raison. Pourquoi s'encombrer de plus de pinceaux ? Le blog bleu est un bol digeste de salade stochastique façon pizza ou niçoise. Tout un univers.
  • Contact