Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 16:38

" … Avec toutes mes excuses pour les personnes que je blessent " (phrase trouvée sur un blog)

Tous et chacun nous faisons des fautes d'orthographe. L'orthographe française est d'une complexité ubuesque. Elle doit être réformée pour nombre de raisons. Mais pas n’importe comment. Le pire serait que chacun se mît à écrire selon son désir.

Car à quoi sert l'orthographe ? Elle est un consensus, une norme par laquelle nous décidons de nous entendre par delà les distances. Il est symptomatique que la dissolution générale de l'en-soi social s'accompagne aujourd'hui du délitement orthographique.

La grammaire de l'écrit, pour être largement consciente, n’en est pas moins  une mécanique analytique intellectuelle et sémantique « spontanée », pour n’être pas instantanée car elle   « coûte » au corps-esprit les quelque centièmes de seconde « durant » lesquelles se « déroulent » quelque milliards de milliards d’évènements quantiques, nommés « décohérences » par la mythographie contemporaine.

Comme analyse sémantique, la mécanique grammaticale écrite suppose un aller-retour, un avant-arrière, un temps d'arrêt-retour sur la pensée jaillie, projetée ensuite vers l'extérieur.
La grammaire de l'écrit impose donc un léger décalage par rapport à l'instantanéité du désir d'expression.

La grammaire de l'écrit est donc l'expression analytique de soi se tournant vers les autres et le monde. Si elle va à vau l'eau, au point d'accorder "je" au pluriel, c'est notamment que ce décalage entre le désir et l'instantané, ce décalage entre le moi impulsif et le moi réfléchi, ce décalage entre la bête humaine et l'homo sapiens, se réduit à quelques vestiges limbiques.

Cela nous le devons large partie  aux média instantanés, aux média donnant tout à voir sans laisser aucun jeu à l'imaginaire, à la liberté créatrice, sans interstice entre l’immédiat et l’intellectionné, sans distance entre le fourni et le construit, sans jeu entre la brutalité de la pulsion et la liberté de la construction.

Car la liberté est élagage, discrimination, volition. C’est à dire aussi et parallèlement acceptation des frustrations qu’impose l’abandon d’une partie des possibles. « Tout, tout de suite » n’est donc pas une recette de liberté mais au contraire un philtre d’aliénation. La télévision est ainsi par construction un media impératif, impérieux, et totalitaire. Pire, la 3D, accompagnée dans certains parc d’attraction de stimulations sensorielle directes (diffusion de parfum, mouvement du plancher, projection d'embruns, son « surround » accompagnant les scènes,...) en imposant une totalité sensible unilatérale, s’impose à la personne comme un succédané d’elle même.

Comme on vole au zombi sa propre humanité, la 3D chasse de la personne sa propre conscience : puisque tout est fourni tout construit, devient vaine, inutile, dispensable la distance de moi à moi. Or si cette distance – la conscience - est bien le lieu où se construit la souffrance, souffrance qu’abolit  apparemment la satisfaction immédiate du désir, cette distance est aussi le lieu critique où se construit le moi, l’mage novatrice, la liberté personnelle. Liberté personnelle qui est aussi, par agrégation et confrontation,  liberté collective, c’est à dire politique.

Dans une phrase telle que « toutes mes excuses pour les personnes que je blessent », la gentillesse de l’intention est notable. Mais en arrière plan s’amoncellent les cumulus plombés de la dissolution personnelle et sociale où s’abîment distance critique, conscience et liberté politiques.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Stephane Calence - dans Iilosophie
commenter cet article

commentaires

Mailtsao@yahoo.com

  • : Le BEAU BLOG BLEU de postnéo
  • Le  BEAU BLOG BLEU  de postnéo
  • : Le BEAU BLOG BLEU (post néo) réfléchit avant d'y penser. Composé d'oreilles d'yeux de peau et d'encéphale il est bleu et maintient toujours son quant à soi un poil au dessus du vide. Le dé est sa raison. Pourquoi s'encombrer de plus de pinceaux ? Le blog bleu est un bol digeste de salade stochastique façon pizza ou niçoise. Tout un univers.
  • Contact